Affaire To The Top : la presse andorrane désormais plus nuancée

Image : titre de la une

To The Top : la presse andorrane désormais plus nuancée. Depuis quelques jours, le ton rédactionnel de nos confrères de la presse andorrane à radicalement changé à l’égard de Cathy Techer dirigeante de la société To The Top. En ce jour de fin d’année, il est temps de récapituler, aussi, les grandes agitations de ce dossier dans sa vérité toute simple. De vrais coupables voudraient qu’une lumière confuse éclaire leurs vils forfaits. Ils en seront pour leurs frais !

Lecture : 6 Mn

Informations erronées

Jusqu’à ces derniers jours, nous avions pu constater la rédaction accusatrice de nos Amis et confrères de la presse andorrane bien peu nuancée dans les reportages consacrés à la société To The Top. Disons-le carrément, à charge, envers sa dirigeante Cathy Techer. Surtout, à travers une déferlante d’informations totalement erronées colportées dans leurs colonnes où les scélérats sortent transfigurés et les honnêtes gens flétris.

Où est le principe pyramidal ?

Ainsi, tout d’abord, en dénonçant un principe pyramidal frictionnel tant celui la société Mwr Life que celui de To The Top, les autorités andorranes n’ont pas su faire le distinguo entre un principe pyramidal crapuleux et le Multi Leving Marketing (M.L.M). La presse a piloté ses lecteurs vers une clinquante apparence des contingences. Dès lors, ces informations sont devenues insupportables.

Premièrement, sur le phénomène dit : « pyramidal » les autorités françaises, ont mené leur enquête pour comprendre en détail les rouages des activités menées par MWR life en France.  Car, si l’entreprise est américaine, elle a pris soin de s’enregistrer en Europe. C’est ainsi qu’elle se développe sur plusieurs continents et que To The Top a participé à sa progression. Les représentants de MWR Life ont été entendus durant de longues heures explicitant, point par point, le contenu de leur exercice. Jusqu’à preuve du contraire, aucun élément n’a été retenu contre eux.

« Prétendu système »

En effet, le fonctionnement de ces entreprises ne repose nullement sur le montage d’un système pyramidal, comme la presse Andorrane l’a maintes fois affiché, mais sur un principe de parrainages tout à fait officiel. Ce modèle ne présente aucune similitude avec les singuliers événements dits : « de Ponzi » ou les  » fameuses chaines «  faites pour escroquer les crédules. Peut-être, d’ailleurs, la presse andorrane l’a t’elle enfin entendu, puisque, aujourd’hui, plus réservée, elle cite un « prétendu système ».

Deuxièmement, MWR Life n’est pas une agence de voyages mais un club privé de voyageurs. Là encore la nuance est très distincte puisque cette entité commerciale regroupe mandataires et clients. Elle fournit à ses membres un accès exclusif à une plateforme de réservation : « Travel Advantage » laquelle opère en qualité d’agence de voyages en ligne conformément à la législation. Une autre vérité !

Libérée de son bracelet électronique

Par ailleurs, cet apaisement rédactionnel s’est produit depuis que Cathy Techer s’est vue débarrassée du bracelet électronique qui la maintenait en détention domiciliaire depuis le 28 juillet 2021. Sans, pour autant, qu’elle soit avisée de la justification de cette gratitude. Là, encore, il aurait été judicieux que ses avocats soient informés de la motivation de cette décision. Toutefois, cette mesure est assortie de la remise de son passeport. Une garantie pour la justice andorrane de se préserver d’un risque de fuite de son territoire. Aux dires des avocats, il semblerait que l’instruction à charge n’ayant rien démontré, la peine de rétention a été allégée.

Caution de… 500.000€

Actuellement, la liberté de Cathy Techer est soumise au versement d’une caution de… 500.000€ ( Vous avez bien lu, un demi-million ! ). C’est pourquoi, les dirigeants de l’association Justice Angels ont pris en charge, publiquement, ce dramatique feuilleton, dont le dénouement grandit au quotidien. De ce soutien, ils espèrent que cette somme soit ramenée à des proportions véritablement rationnelles.

Les faits reprochés on bien été étudiés

Avocats andorrans et français sont unanimes. Toute cette affaire met en valeur le chantage et la calomnie. Hier, jeudi 30 décembre, une lettre, dont nous nos reporters ont pu apprécier le contenu, à été adressée à monsieur le Juge andorran. Elle reprend minutieusement chaque élément des réponses fournies par les témoins. Elle apporte des preuves irréfutables de la pression exercée contre Cathy Techer. Notamment, par les détails précis émanant de chaque faux témoignage et pour le moins véreux.

Paragraphes du contrat clairement explicités

Le but ultime de ces filous conforte une vengeance éhontée pour des faits économiques interprétés sans aucune distinction de nuance. Regrettablement pour ces distingués délateurs, chaque somme d’argent auprès de To The top a fait l’objet d’un contrat. Les paragraphes, clairement explicités, ont pu faire leur en faire apprécier la teneur. Et ceci, après un délai suffisant de réflexion. Et, pour certains, une apposition de signature après une étude des termes confirmés par un juriste. Ainsi, tout le contenu de cette malhonnêteté intellectuelle a été exposé aux autorités andorranes.

Quelles opérations financières ?

Jusqu’à prétendre que la société To The Top n’était pas en mesure de procéder à des placements financiers. Or, la simple lecture de son contrat n’a jamais exposé cette intention. Ce document ne fait pas l’ombre d’un doute sur ses activités loyales, clairement spécifiées et celles de Cathy Techer. Ce contrat, complet, nous avons pu l’étudier dans son intégralité. De fait, depuis plusieurs semaines, nous suivons, de jour en jour, ce dossier dont, soudain, les pages brûlantes montrent explicitement la confusion de faits.

Des Maîtres Chanteurs doublés d’escrocs

Les accusateurs ne poursuivaient, en fait, qu’un seul but : le profit des sommes indues à cette société. Voilà ce que les autorités andorranes et nos amis de la presse locale doivent comprendre. Il leur sera aisé de vérifier chaque élément. Il suffit de se procurer les documents et les témoignages pour vérifier que cette affaire est montée depuis le début, à charge contre Cathy Techer. Essentiellement, pour donner la possibilité a ces Maîtres Chanteurs doublés d’escrocs de s’emparer de To The Top dont la réussite suscitait bien des convoitises et pour profiter de sa dirigeante, considérée par eux comme une personne influençable.

Ils la connaissent mal…

Mais, ces « bonnes affaires » bien délictueuses, c’était sans compter sur la pugnacité de l’accusée. Car Cathy Techer, ils doivent le savoir, ne lâchera rien de son combat. Au nom de sa simple dignité humaine, elle se dit déterminée « à aller jusqu’au bout pour démasquer les impostures de ses calomniateurs et faire connaitre la vérité… ». Gravement lésée, ainsi que ses contributeurs, pour elle et pour eux, elle poursuivra ses actions judiciaires jusqu’à la dernière heure. Son devoir est de parler pour ne plus être considérée comme une arnaqueuse depuis que cette affaire est devenue le cauchemar de ses collaborateurs. Car ils vivent chaque jour, les détails sordides ! Les profiteurs qui se sont donnés pour mission de la détruire et de prendre sa société en supporteront les conséquences pénales.

Chantage pour 300.000€

C’est donc, sur ce refus de céder à cet affreux chantage pour un bénéfice net de 300.000€ mis en garanti contre le silence de quelques-uns, en échange d’une surprenante non divulgation de faits imaginaires, que cette affaire à pris ses racines. Mais, ce dossier est vide de tout acte répréhensible. Chaque jour, le Juge peut vérifier qu’aucun élément à charge ne peut être retenu contre Cathy Techer. Et pour cause ! Car, si l’on à raconté cette supposée escroquerie de 21 millions d’Euros qui aurait dû être empochée en avril 2021, là, encore, ce n’était que du bluff de la part d’aigrefins exercés. Où seraient-ils ces étonnants millions ?

Ce dossier souille l’honneur de l’Andorre

Cet évènement est, d’une part, une extravagance montée par un homme qui se voyait déjà créditer cette somme importante sur son compte bancaire. Et, d’autre part, des personnages néfastes, qui, par les machinations les plus saugrenues, se sont mués en Maîtres Chanteurs, en faux témoins par faiblesse d’esprit. Leurs agissements, monstrueux, démontrent toute une démence torturante envers une entreprise et sa dirigeante. Ce dossier abominable souille l’honneur de l’Andorre.

Voilà pourquoi…

cette association, Justice Angels, s’est donnée pour mission de crier cette vérité et la tourbe crapuleuse qui l’entoure, aux magistrats andorrans. La presse doit le savoir ! Elle se doit de tout vérifier, dans ses moindres détails. Nous pouvons l’y assister !

Voilà donc ce qu’est l’affaire Cathy Techer/To The Top : un ballon de baudruche qui se dégonfle un peu plus chaque jour. Un dossier où les scélérats sortent transfigurés et les honnêtes gens éclaboussés. Elle finira dans une corbeille à papier comme toutes les affaires montées sur des apparences. Mais, en attendant, les abjections de ces malfrats auront tenté de mettre une femme dans la difficulté et toute une entreprise et ses collaborateurs à terre.

Ce dossier est d’autant plus odieux, impudent, car l’on ne peut persuader les escrocs qui l’ont construit de toutes pièces, de l’avilissement de leurs forfaits autrement que par les décisions de justice sévères. Celles qui les attendent dès le mois de janvier prochain.

Alors, 2022 écrira l’histoire vraie.

Elle dira que c’est sous les responsabilités de ces intrigants que de tels forfaits ont semé le doute dans l’esprit de la justice andorrane, des media, et de l’opinion publique. Dans les semaines qui vont suivre, la justice honnête andorrane établira nettement les actes et les responsabilités de ces charlatans. Nous sommes convaincus qu’elle ne s’engagera jamais dans un terrible déni dont elle sortirait dégradée par ces faits malhonnêtes qui indigneraient sa principauté.

Voilà donc, chers Amis de la presse, chers lecteurs andorrans, Français, Belges et Espagnols, ce qui s’est déroulé sur le beau territoire d’Andorre. Des faits qui explicitent comment, erronés, imaginaires, ils ont pu être commis par de véritables fripouilles. La vérité va, enfin, changer de camp !

Avec mes meilleurs vœux pour que la vraie vérité éclate !

« J’ai dit ! »

J.P.C.


LIRE AUSSI : infopremiere.fr to-the-top-le-pretendu-lanceur-dalerte-netait-quun-predateur

marseilleopinion.fr prostitution-encore-un-reseau-demantele-a-marseille