Albert Lapeyre, figure écologiste de Marseille, soutient Bruno Gilles

Président des écologistes du Trèfle, Conseiller de la Métropole Aix-Marseille – Provence, Albert Lapeyre, gaulliste engagé, est aussi un fervent soutien de Bruno Gilles, candidat à la mairie de Marseille.

A la tête du Trèfle

Depuis 1995, Albert Lapeyre préside aux destinées du Trèfle, un mouvement écologiste indépendant, humaniste et pragmatique. Ce mouvement œuvre en faveur d’une société où l’homme, la nature et les animaux pourraient vivre en parfaite harmonie. Une belle philosophie qui, aujourd’hui, ne fait plus sourire les incrédules d’hier. Ils devront entendre que le Trèfle, penché sur la protection de la biodiversité et les dérèglements climatiques, fait de l’environnement et de la protection animale une priorité de l’action publique.

Des thèmes récurrents

« L’écologie politique doit faire du développement durable son cheval de bataille. » confie Albert Lapeyre, tout en précisant que : « …par ailleurs, l’une des propositions majeures du Trèfle est la création d’un ministère de la condition animale. » Mais ce parti, très connu sur le plan régional, dans son manifeste, aborde les thèmes récurrents lesquels font l’objet de propositions concrètes. Pour lui, le « mieux vivre ensemble », c’est aussi l’emploi-Économie-Fiscalité sans oublier, bien évidemment, la protection sociale et la solidarité.

L’Europe aussi…

Le Trèfle dispose également de nombreuses autres sujets de prédilection. Parmi ceux-ci, l’Europe occupe aussi une place prioritaire, visant aussi l’éducation nationale, les institutions et la vie démocratique, les mouvements migratoires. La défense nationale, la justice-lois-Société Nature-Environnement et l’aménagement du territoire complètent un programme déjà très exhaustif. C’est ainsi qu’Albert Lapeyre, par ailleurs, membre de l’Institut Charles de Gaulle, a restructuré le Trèfle depuis qu’il a en repris la présidence.

Avec l’Union Gaulliste de France

Fondateur de l’Union Gaulliste de France, Albert Lapeyre en est aussi le président d’honneur. Son but : « Faire vivre les idées et l’œuvre du Général de Gaulle, chef de la France Libre et président de la République française ». L’U.G.F, parrainée par des sénateurs, membres de l’amicale gaulliste du Sénat, est placée sous le haut patronage de Raymond Sasia, ancien officier de sécurité du Général de Gaulle. Albert Lapeyre, lui, a été marqué par le parcours de Philippe Séguin, et est inspiré par sa fibre sociale.

Des législatives aux municipales

Avec le MEI ( Mouvement écologiste indépendant ) et le MHAN ( Mouvement hommes animaux nature ), le Trèfle co-fonde la CHAP ( Confédération pour l’Homme, l’Animal et la Planète ) en vue de peser sur les élections législatives de 2017. L’alliance obtient des résultats entre 0,5 à 5%. Du côté de Marseille, la formation de Lapeyre a obtenu des élus avec Jean-Claude Gaudin depuis 2001. Peu après que Bruno Gilles déclare sa candidature à la mairie, il n’a pas hésité à le soutenir, étant en phase avec la ligne politique séguiniste du prétendant.

Sur le terrain

Ainsi, élu municipal des 4e et 5e arrondissements de Marseille, le président du Trèfle a fait son choix. Dans le dispositif de la campagne de Bruno Gilles, Albert Lapeyre est l’animateur du groupe de travail « Environnement, Écologie, Cadre de Vie, Protection Animale ». Ce groupe de travail alimente en propositions le projet participatif que présentera Bruno Gilles au mois de Mars prochain. Affaire à suivre…

Lire aussi : Municipales : Bruno Gilles, opiniâtre, se maintient.