Alexandre Benalla : maintenant le livre. Sans grandes surprises !

On le croyait tombé aux oubliettes, définitivement écarté de la vie publique, Alexandre Benalla revient avec un ouvrage où l’on s’attend à voir surgir à chaque coin de page, un moment révélateur des grands secrets ou de la vie intime du président.

« Ce qu’ils ne veulent pas que je dise »….

Plaidoirie et autobiographie, récit d’une année à l’Élysée, avec ses 280 pages, ce récit, concis est agréable à lire, mais que faudra t’il en retenir ? Pas vraiment de quoi se relever la nuit, pour savourer une dose supplémentaire de révélations, hormis quelques anecdotes, parfois croustillantes, satisfaisantes pour le voyeurisme. Il est vrai que des bribes de la vie intime d’un président, l’odeur des coulisses du 55, Faubourg St Honoré, ça fait fantasmer…

Benalla et les technocrates

Mais, ceux qui attendaient des confidences sur de sombres secrets d’État resteront sur leur faim ! L’auteur ( s’il a réellement écrit ces pages ) est diligent, mais plus secret qu’il ne voudrait le montrer. L’on attendait à plus de divulgations sur sa vie à l’Élysée, Macron, les exfiltrations, les hauts fonctionnaires, les blocages, avec ce récit peu importun pour le Président de la République. Alexandre Benalla appuie surtout sur la vindicte, la technostructure prônée par les énarques de l’Élysée… l’élévation d’un jeune beur présomptueux apprécié du maître des lieux.

 

Fidélité au président

L’on en apprend donc plus sur la personnalité de l’homme, sur sa débrouillardise naturelle, une conduite comme une autre pour offrir, aujourd’hui, un aspect positif de sa personne; but recherché de l’action. D’ailleurs, Benalla y fortifie cet aspect de débrouillardise entretenant longuement sa notoriété. Mais, l’interrogation reste entière sur les motivations d’un Emmanuel Macron soucieux d’avoir auprès de lui un homme de ce gabarit. Peut-être, faut-il y inscrire des qualités de fidélité et d’efficience, particularités absentes chez les hauts fonctionnaires mais  réelles chez cet ancien banlieusard.

 

L‘air du temps

Citadin des quartiers populaires, petite frappe aux relations sulfureuses, Benalla était-il aussi l’espion de Jupiter ? Louis XV avait bien recours aux bons offices d’une taupe ! Alors, un confesseur qui se « livre », aux côtés d’une cagnotte pour Balkany, des mises en examen à foison, madame Goulard, nommée à une commission à l’Union européenne, une Marine Le Pen, un Richard Ferrand, un François Bayrou, soupçonnés par la justice, l’on peut aussi ajouter les anecdotes croustillantes d’un ex collaborateur du président. L’air du temps n’en sera pas plus irrespirable !

 

Au bon moment

Avec l’approche des fêtes de fin d’année, beaucoup de Français, certainement, trouveront le moyen de glisser ce livre dans la hotte du père Noël. Avec l’appui des réseaux asociaux, baume profitable aux patraques atteints d’une déficience d’égards et d’une inaptitude chronique, cette histoire que Macron se trainera jusqu’à la fin, fera merveille pour clore 2019 !