CORONAVIRUS : L’AGRESSION IRRITANTE DES CHIFFRES !

woman-1246587_1920

Il n’est pas question, ici, de sous-estimer, ni de minimiser le caractère préoccupant de cette pandémie qui nous persécute. Mais les media doivent t’ils pour autant nous bassiner, avec les chiffres effrayants des décès ?

Circulation macabre

Depuis l’avènement de cette catastrophe mondiale, nous sommes importunés par les annonces continuelles du nombre de décès. Europe, France, Italie, Espagne, chaque jour, on le sait, le désastre s’étend. Est-ce le moyen efficient de nous inviter à la prudence du confinement ? Cette circulation macabre de chiffres, meurtrissante, pourrait produire l’effet opposé à son intérêt supposé : celui du respect du confinement.

Bilans macabres

Sans doute, nos braves dirigeants politiques, auront avalisé la publication de ces signes macabres. Ils inciteraient nos compatriotes à rester à leur domicile. Et les media, spécialistes de la sinistrose, d’appliquer scrupuleusement cette règle ! Mais, la réalité pourrait se révéler décevante. En effet, à force de diffuser cette information, jusqu’à la banalisation, par des diffusions intempestives de bilans macabres, elle pourrait susciter un rejaillissement inverse.

lire aussi :https://www.infopremiere.fr/ce-que-le-coronavirus-va-apporter-a-la-france/

L’heure est grave.

Nul ne le conteste ! Confinés dans leurs boites à sardines, les Français, pour la plupart, désespérés par la nature du phénomène, se morfondent. A cette agression psychologique des chiffres, s’ajoute l’information de la propension du virus, les affres du chômage, la baisse du pouvoir d’achat. Dans ce quotidien difficile :  » Non, messieurs les responsables des media, les annonces de vos chiffres déconcertants ne présentent pas un caractère vital, mais bien irrespectueux ! »

Merci pour eux !

Songez aux personnes âgées, dans leur solitude, incertaines d’être secourues en cas de péril. Souciez-vous de l’angoisse que vous soulevez avec vos actualités chiffrées, mortifères. Alors, un peu de dignité, de bon sens, s’il-vous plaît, envers les malades potentiels et les plus fragilisés. Il convient, prioritairement, d’apporter un réconfort moral, rassurer, pas alarmer. Les temps ne sont plus à la vente du catastrophisme, mais à celui de rassénérer. Merci pour eux !