Covid : une crise qui risque de durer très longtemps !

Image : coronavirus

Covid : une crise qui risque de durer très longtemps ! Les Français s’interrogent toujours et encore. Jusqu’à quand cette crise va t-elle se poursuivre ? Certainement très… longtemps !

Tunnel de catastrophes

Sans vouloir se montrer alarmiste, il est probable que le covid-19 ne disparaisse jamais. Il risque de devenir endémique et l’humanité devra supporter cette nouvelle famille de coronavirus et ses multiples conséquences. Pour tenter d’y voir plus clair dans ce tunnel de catastrophes revenons, tout d’abord, sur l’’épidémie de Sars-Cov des années 2002 à 2004. Elle à été endiguée.

Parti de Chine

Puis, en 2012, un autre coronavirus surgit au Moyen-Orient. C’est le Mers-Cov. De nouveau, l’épidémie est contenue, mais le bouleversement ne s’arrête pas là. En effet, 2020 voit en éclore un modèle différent, parti de Chine. Ce virus se répand massivement à travers la planète lui offrant maintes possibilités de mutations, mais, aussi, de croisement.

Société : topexclusif.fr madame claude en finir ave lhypocrisie et les camionnettes clandestines

Mutations régulières

La première réaction scientifique repose sur le modèle vaccinatoire. Analytiquement, il est peu probable qu’elle constitue LA solution dans le temps, en raison des mutations régulières du virus. Mais, l’identification de chaque nouveau variant s’impose par l’étude, le séquençage génétique et, enfin, la conception du vaccin ARN. Ensuite, la phase suivante porte sur son développement et sa production car ce produit concerne huit milliards d’individus.

Durée de la vaccination

En clair, aujourd’hui, il faut porter le constat d’une série de cycles, presque démunis d’essais qui devraient s’effectuer sur, au minimum… deux années. Mais, pour répondre à la question de la durée de la pandémie, il faut, aussi, tenir compte d’un autre phénomène : celui de la durée de la vaccination de la population mondiale. Soit entre trente et… cinquante mois ! Hélas, durant cette période, le virus poursuit sa mutation, mais dans quelle proportion ?

Sas de sécurité

Voilà pourquoi, il est probable que les confinements se multiplient à l’arrivée de chaque nouveau variant. Avec, en prime, la fermeture de l’équation : taux de mortalité, mais, également, de la saturation des services d’urgence et du degré de contagiosité. Et, c’est encore ici que le bât blesse avec le sas de sécurité qui doit faire fonctionner le monde. Pays frappé, égale mise en quarantaine. Est-ce suffisant pour contenir les variants ?

Hélas, non !

La poursuite des trafics aériens participent au déversement des variants dont les multitudes imprévisibles et régulières, nous envahissent. Alors, posons-nous la question de l’efficacité de la vaccination face à l’arrivée d’une nouvelle souche de coronavirus. Alors, il serait judicieux que la communauté scientifique hélas pilotée, par les puissants lobbys pharmaceutiques ( toujours eux ! ) recoure à d’autres techniques de soins..

Plus efficace que le Doliprane

L’ivermectine, la chloroquine enterrés un peu vite de même que des antibiotiques macrolides, même si tous ces traitements ne constituent pas une panacée, leurs effets fonctionnent. C’est plus efficace que le Doliprane ! En attendant, nous devons supporter et nous interroger :  » jusqu’à quand tout ce bazar ? « 

A lire aussi : infopremiere.fr loptimiste-sortie-de-crise-de-macron-a-la-mi-mai-2021-est-elle-realiste