La France est une démocratie. Elle élit ses représentants. Cette disposition va t-elle toujours dans le sens des intérêts des citoyens ? Déficits conséquents, mauvaise perception des élus par les électeurs, étendue du chômage… Les institutions ne semblent plus correspondent à nos attentes légitimes. 

Démocratie verticale
Voulue par le général De Gaulle, cette démocratie élective, n’offre pas au citoyen le moyen de s’exprimer entre deux échéances électorales. Elle n’assure pas les enjeux citoyens, mais d’un seul homme : le Président et son gouvernement. On pourrait la désigner sous le vocable d’autocratie. Cette singularité se cristallise depuis l’avènement du quinquennat, auquel s’en suit de l’élection des députés pour la même période.

Une autre époque
La nostalgie des « années De Gaulle » refait surface dans l’esprit d’un grand nombre de Français. Certes, une bataille se gagne par le sens de l’autorité et de l’Etat. Mais, ce modèle fait-il toujours avancer le pays ? Il faut offrir aux citoyens les moyens d’action pour que tout chacun contribue, avec ses connaissances, à l’évolution de notre société. Cette richesse de diversités économiques, sociales et culturelles, De Gaulle ne les avait pas placées au cœur de ses desseins, privilégiant la Nation.

L’ordre doit être la règle
Cependant, un pays démocratique, pour préserver son espace liberté, doit se centraliser. L’ordre doit être la règle. Condition vitale mais insuffisante. Si le pouvoir tombait entre les mains des populistes… N’imaginons pas ce scénario cauchemardesque ! La démocratie verticale, ne représente pas le défi citoyen. Incapable, selon elle, de gouverner, seul l’Etat peut se substituer à lui grâce à son inébranlable élite pourvue d’énarques politiciens. Mais, l’élite est aussi chez les Français.

Qui est responsable ?
Leur savoir-faire, leur perception du monde, pour la plupart, est bien objective. Asphyxiés, freinés par l’impôt, les rigidités et les monopoles ils ne sont jamais consultés. Ni référendum, ni votation populaire, notre démocratie n’attend rien de ceux qui la configure. Trop de Français fuient vers l’étranger. Ils pourraient trouver du travail sur notre territoire. Hélas ! Le sentiment qu’ailleurs les opportunités sont plus gratifiantes les poursuit. Qui est responsable ?

Démocratie horizontale
Au sein de ce concept, l‘élu(e) crée les conditions de sa prospérité dans les secteurs économiques, sociaux, culturels et divers. Il s’assure du bon fonctionnement des services administratifs, sans entraver ni initiative, ni prise de risque sans laquelle il serait condamné à stagner dans l’attente, dépendant de l’Etat. Dès lors, il n’est plus au même rang qu’un nombre de mandatures limité dans le temps. Sa rotation, sa montée dans la vie civile, assure sa mission. Son temps politique révolu, il reprend une place anonyme parmi la population. Mais attention ! Une horizontalité mal gérée peut aboutir à… rien !

La VI° République
S’assurer l’horizontalité à travers la créativité citoyenne : notre démocratie, en finira avec les postures, les certitudes de trop nombreux élus en poste depuis si longtemps et qui n’ont plus qu’un seul objectif : le Pouvoir encore et toujours. Si la V° République nous a permis de dépasser des lourdes épreuves, une VI° doit prendre le relais, mais dans un sens oblique. Ni verticalité, peu démocratique, ni horizontalité, trop impersonnelle. Ce profond changement n’émanera pas des politiques mais de minorité déterminées. La démocratie verticale n’est plus de notre époque. Elle enterre la France dans les hiérarchie et la précarité.

Rendons le pouvoir aux Français
Des chantiers gigantesques nous attendant pour les adapter à notre Nation, aux enjeux d’un monde en constante évolution. Pas à pas, non par une révolution radicale. Osons évoluer, sans tout briser, sans attendre que nos responsables politiques l’envisagent. Si nous tardons trop, le pays ne trouvera jamais de réponses. Il ne verra jamais son peuple se résoudre à ses préoccupations, à une répartition équitable des pouvoirs. Beaucoup de politiques se sentent en déphasage avec les citoyens mal à l’aise avec le comportement de certains de leurs collègues.

N’attendons pas trop de miracles osons, le pays à un besoin sérieux de préparer sereinement son avenir, pour ne pas jeter les jeunes générations dans les bras du R.N. ou du terrorisme, qui trouvent là le meilleur de leur terreau. L’oblique fournit la bonne réponse