Et si, bientôt, la Russie perdait la guerre en Ukraine ?

Et si la Russie perdait la guerre ?

Et si la Russie perdait la guerre ?

Et si, bientôt, la Russie perdait la guerre en Ukraine ? Quel affront pour Poutine si ses adversaires remportaient la guerre alors que son pays a conquis l’Afghanistan. Mais, les Ukrainiens sont bien préparés. Ils luttent, depuis le début, courageusement. Pourtant, la différence de puissance était censée garantir une victoire rapide aux Russes. Vraiment ?

Plus d’info ?

 » Avant la fin de l’été… »

Certes, aujourd’hui, les troupes de Poutine ont avancé sur 10% du territoire. Car, elles se heurtent à une peuple organisé et courageux soutenus matériellement par les pays occidentaux. Des renforts qui déstabilisent les Russes. Visiblement, ils ne sont plus en mesure de résister à la puissance de l’armée ukrainienne. Ce qui fait dire au Général Ben Hodges :  » Avant la fin de l’été, l’Ukraine aura gagné la guerre «  le militaire prévoit même que ce conflit ne pourra excéder septembre prochain. Quel affront pour celui qui se considère depuis longtemps comme le maître du monde, en bon autocrate confirmé.

infopremiere.fr electeurs-pourquoi-ils-esperent-un-premier-ministre-de-gauche

« l’OTAN en état de mort cérébrale »

Mais à y regarder de plus près, cette guerre revêt un caractère essentiellement idéologique. La Russie constitue peut-être une réelle menace pour la paix. Cependant, les Etats-Unis, en apparence, ont tout intérêt à préserver la sécurité en Europe, du point de vue économique et stratégique. Ne se considèrent-ils pas comme nos fidèles et anciens alliés ? Mais, jusqu’à quel niveau ? En réalité, les Américains donnent l’illusion de faire de l’Europe leur priorité stratégique face à l’offensive russe. Emmanuel Macron n’a-t-il pas déclaré dans The Economist : « l’OTAN en état de mort cérébrale ».

Chine, Iran, Corée du Nord observateurs

Constat d’un désengagement américain vis-à-vis de l’Europe. C’est pourquoi, visionnaire, le président Macron recommandait à ses partenaires d’assumer l’établissement d’une « Europe puissance ». Et ce, afin d’assurer à la fois autonomie et sécurité. Enfin, n’oublions pas que la Chine, l’Iran et la Corée du Nord observent les évènements en Ukraine. Il est temps d’arrêter la Russie sur le terrain. Sinon, le risque de voir poindre d’autres conflits d’envergure se montrera plus élevé. Car les pays où règnent l’autocratie explorent nos actions.

Enfin, montrer une attitude d’intimidation envers la Russie lorsqu’elle met en relief l’arme nucléaire, pourrait influencer ces États de mettre en avant une menace identique, juste pour pour nous faire fléchir. Alors, se dessinerait la perspective de la fin de notre univers démocratique.

marseilleopinion.fr essais-raoult-de-nouveau-accule-par-les-ennuis