Et si l’on réprimait vraiment les voyous des manifestations ?

image : des voyous emflamment un bidon

Et si l’on réprimait vraiment les voyous des manifestations ? Encore trop de scènes de vandalisme à Paris. Retour à la case départ. Samedi,  un passé récent s’est, de nouveau, imposé. Celui de 2018. Véhicules incendiés, mobilier urbain saccagé, vitrines détériorées,  une manifestation contre la loi Sécurité globale marquée de scènes d’exactions. Analyse de la situation.

La bonne volonté de Darmanin

Entre 14h15 et 18 h des altercations se sont encore déroulées, dans la capitale, entre manifestations et forces de l’ordre. Avec soixante-quatre personnes interpellées et vingt-et-une placées en garde à vue, les actes de vandalisme continuent de se perpétrer dans le cadre des manifestations. Malgré la bonne volonté de Gérald Darmanin, pour remettre de l’ordre dans ce pays, les voyous de tous poils arrivent encore à s’y insérer. Et à semer un désordre incompréhensible.

Décès Giscard : infopremiere.fr/valery-giscard-destaing-nest-plus

Déprédations et violences

En effet, à l’actif peu glorieux de ces groupes de noir vêtus, extrêmement mobiles, voitures et camions incendiés. Mais, aussi des vitrines endommagées, des incendies sporadiques allumés. Ces  » casseurs cassent la République « , souligne le ministre de l’Intérieur. Cependant, ils semblent peu saisissables. Maitrisés sur l’instant, ils sont jugés, puis relâchés, sans écoper des sanctions rigoristes. Alors, pourquoi se priveraient-ils de mettre en oeuvre leur idéologie favorite : la déprédation et la violence ?

Centres de rétention

En définitive, ces comportements sont les signes d’une société génératrice d’excès en tous genres. Premièrement, les mesures de répréhension menées à l’égard de ces crapules sont  inadaptées à leur cas. Ces majeurs désœuvrés, en marge de la République, devraient être neutralisés, sur une période de plusieurs mois et fermement retenus dans des centres de rétention. A l’instar du système américain, levé à quatre heures, contrainte de travail pour le compte de l’État, réparations des dégâts causés, téléphones portables supprimés, visites interdites.

Alors, quel audacieux ?

Bref, cet isolement forcé leur permettrait de méditer sur les conséquences engendrées par leur funeste comportement. Par ailleurs, l’apprentissage à la vie collective corrigerait leur regard sur la structure sociale. Mais, hélas, les gouvernements qui se succèdent depuis quatre décennies préfèrent l’attitude angélique. Alors, quel audacieux, demain, rompra avec cette misérable conduite envers les fripouilles envahissantes des manifestations ?

Vie sociale : topexclusif.fr/confinement-les-terribles-confessions-des-travailleurs-du-sexe