Foie gras banni chez les écolos : le bien-être animal avant tout

Image : titre de la une

Foie gras banni : le bien-être animal avant tout ! Enfin ! La cause animale passe en première ligne. Avec la décision des maires écologistes de bannir le foie gras des réceptions officielles, saluons cette courageuse prise de position contre la barbarie animale.

Lecture : 2 Mn

Tradition cruelle

Un décision n’est pas du goût de l’ensemble de la classe politique : celle des maires de Lyon, Strasbourg et Grenoble de supprimer le foie gras au sein des réceptions officielles. Depuis, les réactions s’enchainent. Mais, il faut savoir ce que l’on veux. Ou bien la poursuite de cette tradition cruelle pour satisfaire le palais des gourmets indifférents et le porte-monnaie des industriels et des… éleveurs.

Mets traditionnel

Déjà, de nombreuses personnalités mettent en avant le bien-être animal, lorsque d’autres montent au créneau pour défendre ce mets traditionnel des fêtes de fin d’années. Ceux-là même qui mettent en avant la tradition comme modèle social et économique à l’image de la chasse à courre ou de la corrida. Mais, la souffrance animale, bien cachée derrière ces coutumes archaïques, se fige aussi dans le gavage des oies et des canards.

Ne rien attendre de Zemmour sur ce point

Des pratiques qui ne semblent pas émouvoir certains élus. Pas davantage Éric Zemmour ni la plupart des chefs cuisiniers. « Les chefs défendent le foie gras, joyau de notre gastronomie. Que les Verts mangent ce que bon leur semble, et laissent la France être la France.» Franchement, l’on attendait plus de compassion et de perspicacité de la part d’un candidat à l’élection présidentielle. Si pour le parti reconquête « Le foie gras, c’est la France », alors, disons à ces messieurs qu’il n’y a pas de quoi être fier de leur attitude.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr dossier-gueant-letau-se-resserrerait-t-il-autour-de-sarkozy

Pas davantage des autres candidats

Par ailleurs, l’incohérence de François Bayrou sur le sujet est significative : nos élus ne sont pas encore prêts à entendre la souffrance des animaux torturés pour satisfaire le marché de la consommation. « l’idée que tous les élevages sont des cibles est désespérante, dangereuse et désastreuse, l’excellence de la France dans le domaine.  » Mais, par ailleurs, avec son un jeu d’équilibriste habituel, le maire de Pau ne souhaite pas « qu’on supprime nos compétences d’excellence ». En même temps souhaite : « veiller au bien-être animal ».

Torture artisanale ou industrielle = torture

Les défenseurs des animaux ne doivent pas en attendre davantage de Valérie Pécresse sur cette thématique : « A un moment donné le foie gras, c’est la France » déclaration du 12 décembre dans « Dimanche en politique » (France 3). Quant à Yannick Jadot qui n’en reconnait une consommation « artisanale » visant en priorité les élevages industriels et leurs méthodes de gavage, il serait bon que le candidat évite les amalgames confus. La torture d’un animal qu’elle soit menée à petite, ou à grande échelle, reste la torture.

LIRE : marseilleopinion.fr prostitution-encore-un-reseau-demantele-a-marseille