L’alliance de la gauche marque un virage historique

L'alliance de la gauche marque un virage historique

L'alliance de la gauche marque un virage historique

L’alliance de la gauche marque un virage historique. France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, Parti communiste et Parti socialiste concluent un accord orignal. Histoire de présenter des candidatures communes aux prochaines législatives.

Plus d’info ?

Une alliance inédite

Il aura fallu de nombreuses discussions pour créer cette nouvelle page de l’histoire de la gauche. Les opposants du passé sont devenus les  » amis  » du jour. C’est ainsi en politique lorsqu’il faut créer des alliances pour faire émerger ses idées et mettre en pratique ses actions. Les élections législatives de juin prochain ont permis une alliance entre la France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, le Parti communiste et le Parti socialiste. Sans oublier le nouveau parti anticapitaliste.

Retour vers 1936 ?

On enterre la hache de guerre pour construire des propositions communes et surtout une belle répartition des cinq cent soixante-dix-sept circonscriptions électorales. Il a bien longtemps que cette gauche plurielle n’était partie unie dans le cadre de cette élection dès le premier tour. Sommes-nous revenus au Front populaire de 1936 ? Adieu donc la « complaisance » envers de Poutine reprochée par Yannick Jadot à Jean-Luc Mélenchon.

Lire aussi :infopremiere.fr jean-luc-melenchon-premier-ministre-en-juin-prochain

Rupture avec le néolibéralisme

Adieu, aussi les admonestations des uns envers les autres. Aujourd’hui, seul, compte pour les représentants de cette alliance une forte envie de se démarquer et de l’emporter au second tour. Le rapport de force, le désir d’union est engagé autour d’un programme de rupture avec le néolibéralisme affirmé par Emmanuel Macron. Mais, ce grand virage n’est pas du goût des anciens ténors du P.S. en désaccord avec, notamment, l’abrogation de la loi Travail El Khomri et la retraite à 60 ans, aujourd’hui détournés du social-libéralisme.

Encore et toujours l’U.E. sur fond de polémique

Alors, l’hallali a-t-il sonné pour le Parti Socialiste ? Une victoire de la gauche, précipitant à sa tête Mélenchon risquerait de ressusciter les vieux courroux d’antan. Il existe toujours cette  » désobéissance  » projetée sur traités européens. Notamment en matière économique et budgétaire ? Enfin, l’on voit clairement que derrière tout ce raffut, toutes ces interprétations, c’est, encore, l’Union européenne dans son concept actuel qui sème un vent de panique.

Nous le disons et le répéterons, sans cesse, il n’existera pas de solutions profitables à aux phénomènes économiques et sociaux tant que l’U.E. ne subira pas une profonde restructuration de ses fondements !

A voir : marseilleopinion.fr essais-raoult-de-nouveau-accule-par-les-ennuis