Les facéties des apprentis escrocs qui interpellent. Méfiez-vous !

Image : titre de la une

Les facéties des apprentis escrocs qui interpellent. Méfiez-vous ! Les diverses manœuvres des imposteurs dont nous nous plaisons à dévoiler les mystifications, depuis de nombreuses années, nous inspirent cette réflexion : « Existe-t-il des escrocs subtils ? » Certainement ! Mais, rarissimes, ils passent tous par la réclusion.

Lecture : 2 Mn

Le mépris pour les emmerdeurs…

« La belle escroquerie est une œuvre d’art. » plaidait Maître René Floriot, ténor du barreau des années 60. Le renommé des prétoires caressait le sujet après avoir pratiqué, les plus ingénieux, charismatiques et audacieux, ayant dédié leur talent à la flouerie. Mais, aux côtés de ses « Floriot’s boys », il éprouvait mépris et inconsidération pour les emmerdeurs, les déverseurs de haine et de mensonges, vampires de proies fébriles.

Fausse posture justicière

Si les superlatifs honorent les talentueux, les Fabriani, les Ponzi, les Madoff, inventeurs de filouteries intrigantes, pourtant tous détestables, les quolibets les plus cruels habillent leurs fulminants pastiches. Hasardés imprudemment dans l’aventure du détournement de fonds, ils se prévalent souvent : « lanceurs d’alertes » aux côtés des réfugiés derrière la chimérique posture justicière.

« Un art », « une œuvre », qui vous est inaccessible, mes Chers !

« Faites-moi confiance »

Car, le basique, l’arnaqueur de bas étage, se croise, au détour de nos entreprises. Malgré son : « Mon cher Ami, faites-moi confiance », ses tentatives d’approche, arbitrairement affables et courtoises, le détachent de son homologue classieux. Chez lui, l’absence des mécanismes de son entendement, de son ingéniosité, mettent au jour ses graves défaillances. Décidément, le cerveau qui pense et la langue ensorceleuse ne seront jamais ses apanages.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr pfizer-et-les-autres-a-quel-saint-produit-faut-il-se-fier

Grand chef ou gargotier

L’illusoire beau parleur tente de mettre à la portée de ses victimes son entière disponibilité; vendre sa bienveillante fidélité. Mais, finalement, le temps rompt ses combines fictives. Alors, mue en maître-chanteur, agressif, menaçant, il tente l’imbuvable harcèlement. Nonobstant, ses gémissements, en apparence circonstanciés, s’invitent jusque dans la délation, et l’inscrivent pleinement dans le rôle du craignos. Car l’escroquerie transcendante reste non imputable à ce type de personnages. Et le voilà restreint au misérable racket. Entregent ou gaucherie, c’est là, toute la discordance qui sépare le chef étoilé du gargotier.

Méfiez-vous des escrocs !

Même s’il se veut convaincant, réponse à tout, devant un tribunal ou un juge, sa pauvreté d’esprit, sa vanité, ne renoncent pas. Surtout si l’imprudent lui prête une oreille attentive. Il le pousse à se décider en lui offrant toutes sortes de « preuves » construites à partir de… son imaginaire ou de ses ratages. Méfiez-vous ! Confiance acquise, il va solliciter le versement d’une avance pour honorer des frais inventés ou pour communiquer vos données bancaires, ou des informations personnelles.

La promesse des jours heureux

Parfois, avec l’assistance d’un(e) complice, le futur rançonneur vous proposera même de télécharger vos logiciels. Ben voyons ! Où ne va pas se nicher sa juste dévotion ? Il ne vous veux que du bien ! Alors, si un(e) inconnu(e) prometteur(se) de jours heureux sans trop vous connaître tente de vous approcher, fuyez. Enfin, évitez de lui communiquer vos données personnelles, sinon, vous constaterez rapidement les effets de sa belle ” générosité ” !

J’ai dit !

J.P.C.

LIRE : marseilleopinion.fr desespoir-des-habitants-des-quartiers-de-marseille