image : une main coche une case vote oui ou non ?

Hier, vendredi 22 mai, Edouard Philippe a confirmé la tenue du second tour des municipales le 28 juin. Plus de cinq mille villes et villages sont concernés.

Municipales du 28 juin tout doit s’organiser

Le second tour des élections municipales avait été suspendu pour cause de Covid-19. Il aura lieu, en principe, le 28 juin prochain, sauf cause exceptionnelle. Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur, consultera, dans les jours prochains, maires et partis, pour organiser la campagne et le scrutin. Il devrait se dérouler dans le respect des recommandations sanitaires du conseil scientifique.

Participants masqués

Au sein de nombreuses villes et villages, le premier tour des élections municipales, le 15 mars dernier, n’avait pas permis de désigner un nouvel exécutif. Cependant, cela a été le cas dans plus de trente mille communes françaises. Mais, au centre de la question repose d’autres critères pour le moins impérieux. Interrogé par notre journal, Hubert, maire d’un village de trois mille habitants, s’interroge : « Si les participants sont masqués, comment les reconnaître ? Alors, va t’on demander à tout un chacun de l’ôter pour comparer avec sa photo d’identité ? »

Lire aussi :

https://www.infopremiere.fr/le-divorce-des-francais-et-des-politiques3412-2/

Risque d’abstention important !

Mais, cette décision d’organiser les municipales le 28 juin, prématurée, certes encore réversible. Elle engendre des défis de taille. D’abord, le risque épidémique malgré les multiples précautions retenues. Elle risque de susciter une abstention aussi importante que le 15 mars, peut-être même plus. Mais, par ailleurs, aujourd’hui, les élections ne constituent pas une priorité pour nos concitoyens. D’autant que les plus fragiles continuent de se confiner chez eux. Pas si sûr que les supposés votants allant faire leurs courses, précautionneux, passeront cinq minutes dans un bureau de vote.

Report ?

Enfin, en 2020, certains s’interrogent encore sur la nécessité d’aller voter oubliant les fondamentaux de la démocratie. A l’heure où s’écrivent ces lignes, le vote des municipales du 28 juin reste toutefois soumis à un possible report. Il pourrait être d’actualité en janvier 2021, selon une clause de révision, plausible, d’ici à quelques jours. L’évolution sanitaire et de l’avis du conseil scientifique pourrait changer le cours des évènements….

Sur le même sujet :https://marseilleopinion.fr/bruno-gilles-ecrit-a-emmanuel-macron/