Marseille municipales : Si Bruno Gilles se fait la part belle auprès des amis des animaux, à Marseille, Albert Lapeyre, son actif soutien, répercute à tous les échos les propositions du candidat en matière d’écologie. Retour sur les principaux points d’un ambitieux projet…

Devant le public
Au cours d’une conférence de presse remarquée, lundi dernier, Albert Lapeyre, président du Trèfle, s’est largement exprimé sur les projets de Bruno Gilles. Parmi eux, le rôle des jeunes. ils jouent un rôle capital dans l’évolution de notre société, particulièrement en matière d’environnement. De plus en plus sensibles à la protection de l’environnement et à la question climatique, enfants et adolescents représentent les meilleurs ambassadeurs des bons gestes pour la planète.

Jusque dans les établissements scolaires
En effet, à travers les actions sur les écoles, en lien avec l’équipe enseignante, et sur la vie extra-scolaire, avec les centres de loisirs et d’animation, la municipalité possède un levier d’action essentiel. Elle implique les plus jeunes dans sa politique environnementale, et forme de futurs écocitoyens. Dans le projet participatif de Bruno Gilles, faire de l’agriculture urbaine un axe fort de l’aménagement de tout nouveau quartier est une nécessité pour renouer le contact avec une certaine forme de nature et de saisonnalité.

Agriculture urbaine

Dans le programme de Bruno Gilles, figure aussi, en bonne place, l’agriculture urbaine. Elle favorise la participation citoyenne. Elle peut, aussi, jouer un rôle de premier plan dans l’économie circulaire en favorisant des circuits courts pour certaines denrées. Pédagogique, elle permet aux consommateurs de se réapproprier la phase de production de l’alimentation, de leur donner accès à des produits locaux et de les inciter à modifier leurs régimes alimentaires en allant vers plus de durabilité.

Végétaliser Marseille
Tous les quartiers sont concernés par ce phénomène. Telle est la volonté du candidat et des Marseillais. Elle se retrouve affirmée dans son projet participatif. S’oxygéner, procurer bien-être et fraîcheur, c’est préserver la biodiversité et la qualité de l’air. Source d’alimentation locale, il faut savoir qu’un arbre absorbe en un an 20 kg de particules présentes dans l’air. Ces actions sont autant de poumons verts pour tous les quartiers, bénéfiques pour l’environnement et l‘attractivité de la ville.

Un programme écolo très complet
Nous aurons l‘occasion de revenir, d’ici à quelques jours, sur les autres aspects du programme de ce candidat hors du commun. Notons encore une nouvelle création d’espaces verts associant les habitants au choix des projets et à leur gestion. Et quoi de plus original que de boiser les rues, en favorisant les essences locales et non allergisantes ? De ce programme inédit des municipales à Marseille, verra t’on de toits, des murs, des trottoirs, des places, et des cours d’écoles verts ?  Nul doute que Bruno Gilles, avec tous ces grands projets, y pourvoira !