image : dessin des businessmen analysent des graphiques

Les annonces de crédits annoncées par le gouvernent ne doivent pas étouffer le désastre économique, qui attend notre pays. Les finances publiques en déclin, leur principale conséquence prévoit, déjà, une dette et un déficit qui vont s’emballer. Une économie pour la France très perturbée…

Raidissement du P.I.B.

Le choix du gouvernement s’est porté sur le soutien des entreprises et de l’économie durant la période du confinement sanitaire. Une opération couteuse. Elle va produire l’explosion du déficit et de la dette face à une chute démesurée de la croissance : celle du raidissement du P.I.B. estimée à… 6% pour 2020. Cette croissance négative se serait corsée si le confinement s’était poursuivi après le 15 mai.

Au delà du seuil de Bruxelles

Ces mesures destinées à soutenir les entreprises vont produire un sacré trou dans les finances publiques. La dette flirtait, déjà, autour des 100% depuis plusieurs mois. En 2020, elle montera à 112% au lieu des 98% prévus avant l’épidémie. Le déficit passera à 170 milliards d’euros, au lieu des 93 milliards projetés. En d’autres mots : 7,6% du P.I.B., c’est bien au-delà du seuil des 3% de Bruxelles.

Réformes profondes

Ces dispositions essentielles nous montrent que l’exécutif devra revoir, prochainement, sa position au sein de l’Union européenne. Et poser de nouvelles questions telles que la valeur de la nation en son sein pour répondre à l’incompatibilité entre la souveraineté française et la supranationalité européenne. Alors, de profondes réformes sont prévisibles. Elles sont vivement attendues pour redonner espoir aux Français. Rien ! Non, rien, ne sera plus comme « avant ».

 

Lire aussi :https://www.topexclusif.fr/comment-creer-son-entreprise-gagnante-en-etant-aidee/

 

Fléaux enterrés

Si le parfait bonheur, loin s’en faut, ne régnait pas sur cette terre, tant pour les humains que pour les animaux, les épidémies ravageuses étaient derrière nous, presque oubliées. Ces fléaux dévastateurs, nous les avions enterrés. Toutes formes d’épidémies influencent profondément l’évolution biologique, mais, aussi, socio-culturelle, économique, politique et démographique des populations. Elles laissent des traces durables dans les esprits et dans les moeurs.

Alors, à quoi faut t’il s’attendre ?

 

Récessions ? inégalités ? Cette crise nous oblige à revenir à l’essentiel à la vérité des prix. Mais pour le monde de demain soit vraiment différent d’hier, il faut accompagner ce changement. Ce Covid-19 nous aura obligé à nous interroger sur nos comportements et sur notre rapport à la consommation. Il a accompli une performance inédite : mettre l’activité de la planète en suspension.Une économie pour la France, décidément très perturbée…

La semaine prochaine : France, à quoi faut s’il s’attendre exactement ?

Politique :https://www.infopremiere.fr/patricia-voila-pourquoi-je-voterai-bruno-gilles/