Un président peu convaincant

Les retours de l’allocution d’Emmanuel Macron, lundi dernier, ne sont pas exactement dans le sens des attentes des Français. Le peuple attend « autre chose » pas de simples mesurettes.

Avec une hausse de cent euros de la prime d’activité pour les salariés au niveau du SMIC à partir du premier janvier, l’annulation de l’augmentation de la CSG pour les retraités percevant moins de deux mille euros et une défiscalisation des heures supplémentaires, pour beaucoup : « le compte n’y est pas ! »

Leurs doléances sont claires. Si certains, considèrent, une avancée à travers les propositions du chef de l’Etat, d’autres les jugent insuffisantes pour arrêter leur mobilisation qualifiant son discours de « mascarade ».

Clamant de toutes parts : « Macron démission », ils entrevoient l’image d’un président « arrogant » et « déconnecté » de leur vie. La portée de son talent oratoire et la précellence de la communication de sa campagne présidentielle, ont expiré.

Aujourd’hui, les Français veulent du concret. Au-delà de leur pouvoir d’achat et de l’amélioration de leurs conditions de vies, ils exigent un véritable dialogue républicain, notamment, avec la remise en cause de notre régime au sein duquel les représentants décident au nom de la Nation.

Cet instrument de démocratie directe : le R.I.C., (Référendum d’Initiative Citoyenne) contenterait cette aspiration progressive à participer davantage au processus politique.

A l’instar des penseurs du système politique français, tels que Montesquieu ou Rousseau,  les gilets jaunes souhaitent remettre en cause notre système actuel de démocratie représentative mais totalement opposé à la philosophie de nos élus, attachés au principe représentatif.

En effet, le R.I.C. permettrait à des citoyens de demander l’examen ou la suppression d’une loi, la modification de la Constitution ou le départ d’un responsable politique.

Mais ce projet est-il applicable en l’état ? Bon nombre de questions constitutionnelles sont à mettre sur la table. Complexes, elles ne seront pas facilement résolues. Mais, l’impatience et la volonté des Français sont là.

Avec détermination, leur gigantesque mouvement va donc se poursuivre et emprunter d’autres formes de mobilisations pour ne pas, à terme, perdre son ampleur et le soutien de l’opinion.