Une légitimité espérée ! La réflexion pertinente de Michel-Henri Ledoux

Image : titre de la une

Une légitimité espérée ! La réflexion pertinente de Michel-Henri Ledoux. Plus nous avançons vers cette élection Présidentielle capitale pour l’avenir du peuple Français, plus nous constatons que certaines maximes, citations notamment du Général De Gaulle, visionnaire de son époque s’il en fut, nous laisse le choix d’une méditation raisonnée.

Il disait :

« Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité » (Mémoires T/III) « On ne fait rien de grand sans de grands hommes et ceux-ci, le sont pour l’avoir voulu ! » (Vers l’armée de métier) « Plus le trouble est grand, plus il faut gouverner » (Mémoires T/III) « Pour nous mettre en mesure d’agir et non plus seulement de subir, il est nécessaire de créer un instrument nouveau » « Quant au pouvoir, je saurais, en tout cas, quitter les choses avant qu’elles ne me quittent… »

A méditer

Relisez ces citations pourtant simples mais d’une incroyable force plus que jamais actuelle. « Il ne suffit pas d’avoir du talent, encore faut-il se le faire pardonner » Mr Maurois. Alexandre Dumas, grand romancier s’il en fut lui écrivit : « Il n’y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude » Ces points philosophiques que nombre d’entre nous partage devraient être au centre du débat politique pour les candidats libéraux.

LIRE AUSSI : infopremiere.fr comment-faut-il-interpreter-le-bilan-demmanuel-macron

Sondages

Les sondages auxquels je n’accorde qu’une confiance relative nous donnent une indication soutenue  » La France se situe à droite selon ce vieil adage qui partage les conservateurs patriotes sur l’échiquier politique aux forces dites de progrès  » (à mon sens ce terme galvaudé ne s’applique surement pas à ce que nous avons connu sous la Présidence de trois socialistes si tant est qu’ils le furent vraiment…).

Absence de références

En vérité, notre Pays a toujours était composé de libéraux certes grincheux mais toujours avides du respect de nos institutions. Le drame réside dans le fait que depuis des dizaines d’années nous n’avons connu que des managers à la tête de l’État, certes intelligents pour certains d’entre eux, mais en vérité nous n’avons plus de référence de Chef depuis le départ du Général capable de prendre des décisions fermes en cas de crise.

De Gaulle rétablit la sécurité intérieure

Sous couvert de sa seule obsession, la légitimité, Il lui fallait une constitution à la hauteur de ses ambitions pour la réussite de ses mesures à mettre en place pour assurer la grandeur de son Pays. Fort de cette légitimité, il a pu alors rétablir, la sécurité extérieure, le maintien de l’ordre intérieur, la confiance économique du pays, l’adhésion des valeurs Françaises qui avaient disparues sous la troisième et quatrième République.

Régionalisation et la Réforme du Sénat

Cette légitimité fut une obsession constante chez ce personnage soucieux d’être soutenu par une large majorité de concitoyens acquit à ses idées. Preuve s’il en est son départ annoncé et fixé avec rigueur par lui-même après un référendum sur la Régionalisation et la Réforme du Sénat. (Force est de constater que le premier thème est largement institué de fait désormais et que le deuxième deviendra inéluctable un jour prochain).

Des légitimés contestables

Tous ses successeurs n’ont jamais connu cette légitimité affirmée pleinement à l’excepté de Jacques Chirac qui avait connu un immense succès au soir de second tour face à Jean-Marie Le Pen. Les autres ont bénéficié de circonstances particulières, voire étranges, autant que chanceuses. Vote contre un homme et non adhésion formelle pour un candidat, déstabilisation d’un autre sur une banale affaire de costumes et d’emploi fictif (alors qu’à droite comme à gauche ces pratiques furent courantes durant des décennies), trahison de conseillers de l’ombre qui bouffent leur mentor à la première occasion, bref des légitimités contestables mais également contestées.

Il lui faut un leader intraitable !

Notre peuple ne peut plus accepter de mesures pour réformettes, de solutions ombiliquées qui ne peuvent déboucher forcément que sur un mécontentement de tous les pans de la société. Il lui faut un leader intraitable qui ne s’en laisse pas compter et surtout qui n’a pas les yeux en permanence braqué sur son éventuelle réélection. Ce personnage providence, homme ou femme, doit s’attaquer sans tarder contre les racines du mal.

Décisions hasardeuses

Toutes les dérives de la société Française doivent être combattues avec détermination, sans ambiguïtés, sans craintes, sans tabous mais avec force pour rétablir l’autorité de l’État. La France ne peut plus se laisser insulter par des dérives sécuritaires, par le commerce flamboyant de la drogue, par des décisions hasardeuses inspirées par des amateurs de la politique Nationale en matière sanitaire, d’éducation ou pire par le non respect des lois en vigueur bafouées à la guise par des gens peu scrupuleux des règles du Pays qui les accueille.

Tout doit être remis en question

Comment accepter que nos Forces de l’Ordre soient vilipendées tous les jours, comment accepter que nos Professeurs enseignent dans la peur du lendemain, comment accepter que nos soignants soient insultés ou malmenés dans nos Hôpitaux Publics sans réagir de manière brutale et sans compromissions ? Tout doit être remis en question si nous voulons reprendre la place qui fut la nôtre dans le concert Mondial et qui n’aurait jamais du s’interrompre.

Retour de l’équilibre de notre Balance Commerciale

Fiscalité des Entreprises, rétablissement de l’équilibre de notre budget, arrêt immédiate de notre Dette Abyssale, renouer avec une dynamique de l’industrialisation souhaitée par le Général et poursuivie sans relâche par Georges Pompidou, retour de l’équilibre de notre Balance Commerciale aujourd’hui ridiculement déficitaire, respect de notre grandeur de notre diplomatie, la tâche est lourde mais indispensable. Il convient de s’attaquer aux racines du mal et rien d’autre.

La naïveté d’une trop large part de Français

Pouvons-nous laisser aux autres le monopole des grands chantiers de demain, l’Afrique, l’Asie, L’Inde, le Maghreb ? (bien que dans ce domaine, notre générosité frise la folie en accueillant ses ressortissants au lieu de les aider dans leurs pays d’origine…  !). Ce Personnage Providence devra également s’attaquer à la naïveté d’une trop large part de Français qui croient toujours aux comptes de fées. A ceux qui ont cru aux bouleversements de mai 1968 et par voies de conséquences au grand remplacement de 1981.

Mais aussi…

A ceux qui ont cru à une Gauche rédemptrice, malheureusement utopiste, mais sans colonne vertébrale, à l’Etatisation de notre Pays ou seuls les Fonctionnaires et les Magistrats détenaient la suprématie sur une majorité silencieuse qui baissa l’échine sans jamais réagir à l’absurdité de cet illogisme. Durant toutes ces années nous avons prouvé que nous sommes devenu le maillon faible de l’Europe alors que l’Allemagne, sans se soucier le moins du monde des intérêts de ses voisins, prenait des décisions d’une grande fermeté dans tous les domaines (sauf l’ouverture de ses frontières durant une courte période aux migrants venus du Moyen-Orient ainsi que de leurs centrales nucléaires, grossières erreurs s’il en est).

Nos enfants ignorent, pour bon nombre, ce que représente notre Pays…

L’Histoire de France devrait reprendre sa place dans l’éducation de nos enfants, petits-enfants qui malheureusement ignorent pour bon nombre ce que représente notre Pays au travers de sa culture, de son glorieux passé dans la mesure où ils ne connaissent qu’insécurité, soucis financiers dans leur famille ou privation de liberté inéluctable depuis deux ans du à ce virus que nous maitrisons pas pour l’heure à l’évidence. Comme l’avait dit le Général : « Vaste Programme ! ».

… Et nos maitres penseurs n’ont jamais été confrontés à la vie active !

Nous n’avons plus le choix, soit nous réformons soit nous sombrons. Des décisions claires, fermes sans prêter l’oreille à nos maitres penseurs qui n’ont jamais été confrontés à la vie active si ce n’est par une éducation formatée suivie d’une léthargie administrative basée sur la philosophie d’emmerder ceux qui créaient, ceux qui sont confrontés aux échéances de fin de mois mais surtout à l’observation passive d’une stupidité récurrente que nous connaissons depuis des décennies.

Profond respect au général de Gaulle

Ce Pays que nous sommes tant à aimer profondément ne peut se contenter d’une droite qui regarde sur sa gauche. Et, une gauche qui n’a d’yeux que pour cette Europe défaillante. Profond respect au Général de Gaulle et remerciements pour son œuvre Française et Européenne sous les conditions qu’il avait imposées à l’époque ! Une légitimité espérée !

Michel-Henri Ledoux

Vice-président de l’Union des Gaullistes de France

LIRE : marseilleopinion.fr prostitution-encore-un-reseau-demantele-a-marseille

légitimité