L'Union Européenne vue par Olivier Delorme

Olivier Delorme est un historien, romancier et essayiste français vivant en Grèce. Notre rédacteur en chef Aloïs Lang-Rousseau l’a interviewé autour de son ouvrage « 30 bonnes raisons de sortir de l’Europe ».

 

L’entretien se présente en trois parties. Dans la première, O. Delorme dresse son bilan de l’action de l’Union européenne sur ses Etats membres. La deuxième est l’occasion d’évoquer le choix électoral pour y remédier, et l’on finit par détailler les liens entre l’Union européenne et les Etats des Balkans dans le troisième et dernier volet.

Vous pouvez retrouver Olivier Delorme sur son site web. (https://www.olivier-delorme.com/)

 

Partie 1 : Quel bilan pour l’Union européenne ?

Questions :

0:00 : Vous avez évoqué 30 raisons de sortir de l’Europe en 2016. Nous sommes en 2019, si vous vouliez ajouter des raisons supplémentaires de sortir de l’UE, quelles seraient-elles?

7:45 : Est-il possible d’obtenir un jour, dans l’UE, une finance régulée et saine pour une situation économique pérenne? Et en dehors de l’UE?

18:04 : Vous êtes pour la séparation des banques avec d’un côté les banques de crédit et de dépôt, et de l’autre les banques dédiées aux affaires. Cela doit-il ouvrir la voie à une nationalisation totale ou partielle des banques de crédit, ou estimez-vous que ça n’est pas nécessaire?

26:24 : Certains journalistes et hommes politiques emploient le terme de « démocraties illibérales » pour qualifier les régimes, sur notre continent, qui ne portent pas une idéologie néolibérale et pro-Union européenne.

Pensez-vous que ce terme d’ « illibéral » a une signification concrète en lui, ou ne s’agit-il que d’un élément de langage pour amalgamer tous ceux qui ne sont pas néo-libéraux, avec les « populistes » et les extrêmes?

35:31 : Dans un débat face à François Asselineau, Emmanuel Todd évoque sa vision, selon laquelle la France aurait intérêt à rester dans l’OTAN au sortir de l’UE, essentiellement pour des raisons stratégiques de politique étrangère. Avez-vous la même lecture ?

 

Partie 2 : Union européenne – Quelles solutions ?

Questions :

0:00 : À la sortie de votre essai en 2016, vous annonciez soutenir Jean-Luc Mélenchon, s’il proposait de sortir de l’Union européenne. Ce n’est plus le cas (si ça l’a déjà été), et d’autres ont défendu le Frexit depuis (François Asselineau, Florian Philippot…), qu’en pensez-vous, soutenez-vous l’un d’eux ?

0:00 : Encore un effort, camarade Mélenchon »

6:33 : Que dire de François Asselineau ?

10:10 : « Si je vote pour les européennes… »

13:21 : Et Florian Philippot ?

14:19 : « Tant qu’il n’y a pas un C.N.R ?, … »

19:39 : Construire quelque chose ensemble, ça ne veut pas dire « Ralliez-vous à moi » ! »

21:15 : « Le mouvement des gilets jaunes est pour moi un sujet d’extraordinaire espoir »

25:39 : L’UPR et Les Patriotes veulent utiliser l’Article 50 pour sortir. Au contraire, le PRCF, le Pardem, Solidarité & Progrès et l’Action Française sont contre. Le Pardem demande aussi l’annonce par la France du défaut de paiement. Que pensez-vous de tout cela ?

25:39 : « Je suis clairement pour un défaut de paiement de la Grèce »

26:15 : « Pour la France, je pense qu’on n’en est pas là »

31:34 : « Il faut sortir des schémas de pensée ordo-libéraux et monétaristes dans lesquels notre pensée économique s’est engluée »

33:28 : « La première chose, c’est de sortir de l’euro au plus vite »

34:57 : « La France n’est pas une petite fille qui désobéit »

36:08 : « L’Article 50, je trouve que c’est se mettre dans un processus asphyxiatoire »

 

Partie 3 : l’UE et les Balkans

Questions :

0:00 : Chaque Etat de l’ex-Yougoslavie a signé, avec l’UE, un Accord de stabilisation et d’association. Qu’est-ce concrètement ?

23:31 : Comment est perçu le lien avec l’UE par les médias et peuples de ces Etats ?

34:45 : La situation du Kosovo est compliquée. Il n’est pas reconnu par la Serbie, ni par certains Etats-membres de l’UE. Le pays souhaite également s’armer, ce qui ralentit l’entrée de la Serbie dans l’UE. Le Kosovo, lui, ne veut pas y entrer, et aucun des deux Etats n’est intéressé par l’OTAN. Qu’en pensez-vous ?

43:08 : Les médias français considèrent que la question religieuse ralentit l’entrée de l’Albanie dans l’UE. Il en serait de même pour le Kosovo lorsque des européistes arriveront au pouvoir. Que pensez-vous de cet aspect religieux ?

50:29 : Le troisième plan d’aide à la Grèce s’est achevé en août 2018, mais on évoque déjà la réduction des « créances douteuses ». Pourtant, Athènes semble de retour sur les marchés obligataires et semble renouer avec une croissance timide. Comment expliquer que les Grecs aient consenti à un sacrifice aussi lourd avec autant de résignation ?