Affaire de Rugy : feuilleton de l'été

Vu sur BFMTV

Coupeurs de têtes

Une triviale confusion associerait « media » et « coupeurs de têtes ». Que sont donc ces modernes outils de communication, artisans de cabales médiatiques ? Avec le retour du feuilleton ponctuel de l’été, intitulé cette année : « affaire de Rugy », nous assistons à ce lamentable exercice.

L’an dernier, nous avions eu le triste privilège de subir quotidiennement les prolongations interminables de l’aventure Benalla. Ce modèle contagieux du message méprisant, désormais routinier, absorbe l’esprit des vacanciers. Il participe, surtout, à l’altération, déjà bien érodée de la vie publique.

 

Déjà condamné

De successeurs en successeurs, depuis ces dernières décennies, les noms ont noirci les titres des unes de cette presse sans conscience. Elle ne vise pas particulièrement l’ancienne droite ou les relents à peine perceptibles de la gauche et du centre. Plus perverse, elle met en joue, cruelle, tous les acteurs, insipides ou notoires, de la vie politique.

Aujourd’hui, c’est au tour de François de Rugy de se voir affubler des oripeaux du condamné. Un ministre soupçonné d’indélicatesses caractérisées, volontairement tonitruantes. Ça dissipe… tout le reste !

 

Complot contre un homme

Hier matin, sur BFM TV, le responsable d’état, déjà cloué au pilori par la vindicte populaire s’est longuement répandu sur chaque élément de ce dossier devant le fougueux Bourdin. Malgré ses arguments établis, une attitude décente, ses efforts d’homme blessé, outré par le scandale, restaient perceptibles.

Convainquant, déterminé, François de Rugy a su mettre en substance ce qu’il convient de désigner : « complot »  contre sa personne et son épouse. Issue de quelques clichés sortis de leurs contextes, et repris pour le compte de délateurs, cette conspiration les déshonore.

 

Aseptiser la vie politique

La route du commandement n’emprunte ni le chemin du désordre, du tapage, ni celui d’un mensonge construit sur une poignée de composants soupçonneux, revisités. Certes, depuis toujours, bon nombre d’acteurs de la vie politique se sont imprudemment exposés. Mais, la déontologie de la presse exige la vérification des informations avant toute publication.

L’affaire de Rugy qui cherche aussi à attendre ses proches, ne sera qu’un magnifique feu de paille. Il s’éteindra très rapidement pour faire place à un autre plus brûlant. A condition, toutefois, qu’une action plus sournoise, déstabilisante, ne cherche à évincer le ministre. Dans ce cas, nous pourrons en reparler…