image : portefeuille serré par un étau

Un vrai désastre économique attend notre pays après la crise sanitaire du coronavirus. Les finances publiques vont décliner. Conséquence : une dette et un déficit qui vont s’emballer.

Désastre économique

Hélas, les prévisions de Bruno Lemaire annoncent, déjà, un tableau noir. En effet, après la crise sanitaire, le désastre économique nous attend. Le choix du gouvernement s’est porté sur le soutien des entreprises et l’économie durant la période du confinement sanitaire. Une opération couteuse. Elle va produire l’explosion du déficit et de la dette face à une chute démesurée de la croissance : celle du raidissement du P.I.B. estimée à… 6% pour 2020.

Croissance négative

« Il s’agit de la plus grande récession en France depuis 1945 », exprime le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Cette croissance négative pourrait se corser si le confinement devait se poursuivre après le 15 mai. Et, de préciser que la reprise de l’activité sera progressive : « Les touristes ne reviendront pas du jour au lendemain » … … « Dans l’industrie, les chaînes de production peuvent être très longues à rétablir »

Gros trou dans les finances

Ces mesures destinées à soutenir les entreprises vont produire un sacré trou dans les finances publiques. La dette flirtait, déjà, autour des 100% depuis plusieurs mois. En 2020, elle montera à 112% au lieu des 98% prévus avant l’épidémie. Le déficit passera à 170 milliards d’euros, au lieu des 93 milliards projetés. En d’autres mots : 7,6% du P.I.B., c’est bien au-delà du seuil des 3% de Bruxelles.

La dette explose

D’autres chiffres : Le plan d’urgence va monter de quarante-cinq à cent milliards d’euros. Vingt milliards sont prévus pour le chômage partiel ( au lieu des 8,5 milliards ). Quant au fonds de solidarité, il grimpe de un à six milliards d’euros. Le budget des achats du matériel sanitaire est désormais pourvu de 4 milliards d’euros, contre un milliard. Sans oublier, le montant des primes versées aux personnels de santé et aux fonctionnaires en contact avec le public.

voir aussi :https://www.infopremiere.fr/boom-sur-le-souverainisme-on-y-vient/

Profondes réformes

Il est certain que l’exécutif devra revoir sa position au sein de l’Union européenne. Et poser de nouvelles questions telles que la valeur de la nation en son sein. Il existe, aujourd’hui, une incompatibilité entre la souveraineté française et la supranationalité européenne. De profondes réformes sont prévisibles. Elles sont vivement attendues pour ne pas accroître la faillite de la France !

Lire aussi :https://marseilleopinion.fr/bruno-gilles-ecrit-a-emmanuel-macron/