La grande préoccupation des anti vaccins devant une obligation

Image : visuel du jour un vaccin dans un bras

La grande préoccupation des anti vaccins devant une obligation. Voila le cri d’alarme de l’un d’eux :  » Maintenant, plus rien ne les arrêtera ! «  Sous entendu, les manipulateurs de la vaccination qui veulent imposer leur lois.

Le dilemme des Français

Cette histoire de vaccin sensé nous prémunir de la Covid-19 est semblable à la partie émergée de l’iceberg. Mais, tout un chacun sait parfaitement que la partie immergée est toujours plus étendue et dissimule les réels dangers. C’est là tout le dilemme qui anime un bon nombre de Français anti vaccins. Que sait t’on, au juste, au sujet de leurs répercutions physiques ?

Un véritable questionnement

Et si ces mixtures injectées dans nos corps se révélaient, dans les mois ou les années à venir, plus invalidantes que les effets du virus ? C’est là que s’appuie la grande préoccupation de personnes peu rassurées sur leur devenir. Alors, il existe, ici, un véritable questionnement : celui de la confiance que l’on peut accorder aux défenseurs de cette théorie et à leurs systèmes sous-jacents.

A lire aussi : infopremiere.fr eric-zemmour-sa-candidature-se-profile-t-elle-pour-2022

Même les personnels soignants

En effet, il faut être avertis de l’esprit des lobbys pharmaceutiques et de leurs dispositions à engranger des capitaux plutôt que de se soucier de la santé publique. Voilà pourquoi la suspicion plane sur cette volonté de vacciner au plus vite. Et, ce malgré le réel danger que représente le virus. A tel point que même de nombreux personnels soignants, des médecins, des scientifiques de haut niveau, tournent le dos à cette proposition et refusent catégoriquement l’injection. Et, déjà, quelques-uns préfèrent démissionner plutôt que de subir un inconnu supposé funeste.

Elle invoque l’incertitude

C’est le cas d’une infirmière salariée d’un hôpital parisien que nous venons de joindre. Elle nous confirme sa décision de renoncer à son métier après de nombreuses années de bons et loyaux services auprès des malades. Anne-Marie, amère, meurtrie, malgré tout, par sa détermination, expose clairement son motif. Elle invoque l’incertitude de ces vaccins et ne veux pas prendre de risques pour sa santé et sa vie.

Les risques de démissions

Alors cette obligation risque de nous priver de personnels, déjà en sous effectifs dans certains centres hospitaliers. En effet, si de nombreuses infirmières et autres personnes à la dévotion des plus faibles prennent des décisions semblables, nous risquons de connaître rapidement une pénurie de fonctionnaires dévoués à notre cause… Un autre drame ! Voilà, enfin, une autre question qui préoccupe les anti vaccins de la Covid-19.

https://marseilleopinion.fr la-mediterranee-devenue-poubelle-polluante