Joël-Pierre Chevreux et Aloïs Lang-Rousseau commentent l’actualité en direct tout au long de cette journée de grève du 5 décembre 2019.

 

17:00 • À Redon, on manifeste aussi !

Dans cette ville de 9000 habitants, la CGT revendique 1100 manifestants, soit un score honorable. Les militants de Force ouvrière étaient présents également, et leur prise de parole était à deux doigts de susciter l’ovation.

Image

Infos et photo : @AntBerranger

 

16:30 • Opération blocage et tenailles à Paris 10

D’après des membres du cortège allant de Gare du Nord à la Place de la République, la police est intervenue de plusieurs façons, sur fond de ce qui ressemble fort à une stratégie. Les forces de l’ordre ont commencé par diviser en deux le cortège au croisement avec le Boulevard Magenta, croisement de deux artères de la ville. Le reste du dispositif se trouve à tous les accès de la Place de la République ; les manifestants peuvent entrer d’où qu’ils viennent, mais n’ont aucun moyen de ressortir. De là, les manifestants sont pris en tenaille à Magenta et à République, et assistent à un concert de gaz lacrymogènes et de grenades de désencerclement.

Crédits info et photos : @guimac27

 

16:15 • En Occitanie et outre-mer aussi !

Des chiffres peuvent également être relevés dans le sud de la France est au-delà de la métropôle :

4000 à Auch
2300 à Montauban
5000 à Béziers
1200 à Sète
La Guyane, la Martinique, la Réunion, Mayotte et Tahiti devraient également voir leurs cortèges respectifs, très attendus et au succès pressenti.

 

16:05 • Ca se crispe à Paris !

Des Gilets jaunes sont présents parmi les manifestants à la Place de la République, où les policiers les affrontent en recourant aux grenades lacrymogènes (BFMTV).

 

15:50 • Chiffres supplémentaires

Les manifestants étaient revendiqués au nombre de :
30 000 à Caen
30 000 à Rouen
10 000 à Lorient
10 000 à Bayonne
20 000 à Nantes
15 000 à Perpignan
50 000 à Bordeaux
9 200 à Angers

15:40 • Extinction rébellion

Le collectif écologiste Extinction rébellion s’est inséré dans les cortèges de manifestants. 3600 trotinettes électriques auraient été sabotées en soutien à la grève générale.

En Île-de-France, les bouchons cumulés représentent plus de 100km ce matin.

Par ailleurs, d’autres corps, tels les enseignants de Paris ou les Gilets noirs, ont rejoint le mouvement.

 

14:40 • Participation à midi

Les forces de l’ordre chiffrent le nombre de manifestants à 180 000 à mi-journée.

 

14:30 • Interview de Sibeth Ndiaye

La porte-parole du gouvernement a annoncé qu’après un grand nombre de discussions entre Jean-Paul Delevoye, les syndicats et les Français, le projet serait clairement présenté par le Premier ministre Edouard Philippe. Elle indique respecter le mouvement de grève, sans en dire plus. Aucune intervention du Président de la République ne semble être prévue, mais Matignon devrait s’exprimer prochainement.

Par ailleurs, les pompiers ont rejoint le mouvement de contestation dans de nombreuses villes, applaudis par les manifestants.

 

12:35 • Infos syndicats et annexes

Les principaux syndicats ayant appuyé la manifestation sont notamment la CGT et Force ouvrière, mais s’y mêlent aussi le collectif Solidaires, SudRail et bien d’autres. Seule la CFDT semble s’être opposée au rassemblement.

D’autres chiffres sont à ajouter :

10000 personnes à Tours
5500 à Chateauroux
2500 à Niort.

6000 policiers ont été annoncés par la Préfecture de police de Paris pour sécuriser les événements. Les trains circulant effectivement sont de l’ordre d’un TGV sur dix, un TER sur cinq, un intercités sur dix et un transilien sur dix.

Sur les autoroutes, la manifestation prend plusieurs formes, de l’opération escargot à la gratuité (le deuxième mode étant privilégié par les Gilets jaunes).

12:30 • Infos cortèges

Faisons un point sur les chiffres annoncés de manifestants à travers la France :

14000 signalés à Clermont-Ferrand
2000 personnes à Saint-Malo
2300 à Dole
2000 à Chatelleraut
20000 manifestants à Montpellier
450 à Pontivy

Parmi les partis politiques présents ( ou ayant appelé leurs manifestants à se rendre aux événements ), l’on compte la France insoumise, le Parti communiste, Génération.s, le Parti socialiste, les Verts ( représentés dans le cortège par Yannick Jadot ), le Rassemblement national ( dont les militants sont accueillis par Jean-Luc Mélenchon, une annonce rare alors que la CGT s’y est opposée ), Debout la France, l’Union populaire républicaine, les Patriotes, République souveraine et le Pôle de Renaissance communiste en France.

12:20

Les syndicats prévoient une manifestation de Gare du Nord à la place de la Nation, soit un parcours habituel. 14 000 présents sont annoncés dans la capitale de l’Auvergne, Clermont-Ferrand, selon la CGT. C’est aussi l’heure des premières altercations entre manifestants et forces de l’ordre.

Par ailleurs, la plupart des organisations syndicales statuent la reconduction de la grève à la journée de demain.

11:00

Les rues sont noires de monde à Nantes, Marseille et Lyon. L’ampleur de la manifestation semble ne pas surpasser la manifestation contre la Loi Travail, mais est sans précédent sous le quinquennat d’Emmanuel Macron.

10:00

Les heures de pointe de ce matin se sont plutôt bien déroulées. Fortement redoutés, les transports en commun ont été moins fréquenté qu’habituellement. Certains commentateurs média sont même surpris en train de dire que la grève se passe très bien et mobilisera peu. Mais ceux-ci semblent oublier que la journée a été largement annoncée, et que bien des ménages l’ont anticipée. Soit en annulant leurs rendez-vous, soit en se fiant aux autres moyens de transport ( nul doute que BlablaCar cartonnera ces jours-ci ). Par ailleurs, près des deux tiers des Français comprennent et appuient le mouvement de grève selon les sondages ; ceux-ci ne se sont vraisemblablement pas déplacés.

Pourtant, quelques ennuis ont déjà commencé. À Frontignan ( Hérault ), la raffinerie est bloquée par une horde de poids-lourds. À Rennes, le blocage de la route entre Vezin et Saint-Brieuc semble quelque peu dangereuse pour les utilisateurs.

Des usagers des Champs-Elysées ont toutefois  remarqué que nombre de pavés étaient laissés tels quels sur la plus belle avenue de France. Une arme idéale et très accessible pour le plus timide casseur. Le Préfet de police Didier Lallement est accusé par certains internautes.

Dans les Yvelines, autre forme de manifestation : les Gilets jaunes, dont la présence pouvait être attendue, offrent l’autoroute aux usagers, remettant en cause le simple aspect de blocage de la journée de manifesation.

Les étudiants de certaines facultés, eux, n’ont pas cherché à nourrir l’ambiguïté. Plusieurs établissements sont effectivement bloqués depuis six heures et demi du matin.

Enfin, le Gouvernement a prévu une page d’information au sujet des mobilisations, et BFMTV-RMC ont ouvert un groupe Facebook d’entraide afin de rendre service aux ménages ne faisant pas grève.

Lire aussi : Gilets jaunes : engluée dans l’incohérence  et la violence, où va la France ?