POURQUOI LE CARBURANT VA COUTER MOINS CHER

refinery-513863_1920

La combinaison de la guerre des prix du pétrole brut entre la Russie l’Arabie saoudite et le confinement sanitaire aura eu l’avantage de participer à la baisse radicale des prix des carburants.

Prix en baisse à la pompe

Et, oui, le carburant va coûter moins cher ! Bien sûr, pour l’heure, les Français ne peuvent profiter de ce précieux avantage. Mais, très prochainement, après le déconfinement sanitaire, les prix en baisse à la pompe vont durer quelques semaines. A la fin de l’année 2019 ils s’affichaient des niveaux supérieurs (1,40 €). Mais, les dernières données du ministère de la Transition énergétique et Solidaire, rapportent une information réjouissante. Nous allons économiser environ 20 cts d’euro environ par litre de carburant.

Petites économies ?

Les prix, en effet, sont en chute libre, depuis le début de l’année et surtout le mois de février. Seule l’essence SP98 stagne. ( entre 1,30 € par l, à 1,346 €). Le Diesel, SP95 et SP95-E10 s’affiche entre 1,222 et 1,274 € à la pompe. Hors, vingt cts de moins, sur un plein de cinquante litres, permet de réaliser de petites économies… dix €. Mais, y a t’il de « petites » économies ? Pour ceux qui utilisent leur véhicule régulièrement, la nouvelle sera appréciée. Et, il y a de fortes chances pour que la situation perdure.

Baisse historique

L’influence que les prix minimes du pétrole exercent sur les finances de l’ensemble des pays de l’Opep+ (1) signifie la fin des rivalités. Ils ont annoncé une baisse de la production de pétrole de 9,6 millions de barils par jour en mai et juin 2020. Baisse historique. Pour l’A.I.E.. ( Agence Internationale de l’Énergie ) quelle que soit l’importance de la baisse de la production annoncée, elle ne compensera pas son ralentissement. Cette dernière a, en effet, diminué, en avril dernier, de vingt-cinq millions de barils par jour.

Lire aussi :  https://www.topexclusif.fr/revoila-top-exclusif-lhebdo-verite-du-samedi/

Prix bas des carburants

Et, cette baisse historique devrait se poursuivre dans les prochains mois. Avec l’étude du déconfinement sanitaire, l’on peut envisager que l’activité économique touristique et industrielle ne devrait pas recouvrer ses niveaux précédents avant plusieurs mois voire, même plusieurs années. Selon l’A.I.E., la demande pétrolière, en avril 2020, reste au même niveau qu’au milieu des années 90. Ainsi, nous sommes, à peu près, assurés qu’au moins jusqu’à la fin de cette année, les prix du pétrole et du carburant devraient rester bas.

(1) Russie et l’Arabie saoudite

Voir aussi :https://www.infopremiere.fr/boom-sur-le-souverainisme-on-y-vient/