Réélection : le moment attendu par Macron pour se déclarer

Image : titre du jour

Réélection : le moment attendu par Macron pour se déclarer. Les stratégies politiques, de tous côtés s’affinent. Du côté de l’Élysée, les décisions sont prises depuis longtemps, du moins sur la période. Quant à la date précise…

Temps de lecture : 2 Mn

Retour sur une stratégie

Généralement, un(e) candidat(e) attend le plus tard possible ou en jouant de l’effet de surprise pour se déclarer. Du moins, c’est là la stratégie usitée pour leur deuxième candidature, celle de la plupart des présidents sortants de la V° République. Aujourd’hui, officiellement, Emmanuel Macron n’est pas candidat à sa réélection. Cependant, dans la pratique, ses déplacements, tout laisse à penser, depuis de nombreuses semaines, que cette résolution n’est pas qu’hypothétique. Mais à quelle période et par quel moyen ? Certains observateurs prédisent la période des fêtes.

Petite phrase lâchée lors d’un déplacement.

Noël, Premier de l’An, c’est, une hypothèse peu probable car, à ce moment, d’autres candidats vont se déclarer. C’est, surement, là, qu’Eric Zemmour interviendra. Or, le président Macron, se doit de garder la hauteur de la fonction le plus longtemps possible, du moins jusqu’au 26 février 2022, date butoir. Il pourrait donc « se réveiller » fin janvier ou mi février… Mais, alors, quelle forme prendra sa déclaration ? Il est peu probable qu’elle relève d’une l’allocution solennelle, mais plutôt d’une petite phrase lâchée lors d’un déplacement. Puis, elle s’officialisera par des interviews et des rencontres publiques…

Forces et faiblesses de Macron

Le « laissez-les dire », fonctionne bien dans ce type d’action. Car, ce n’est pas celui qui crie le plus fort et le plus tôt qui est certain de remporter la victoire. D’autant qu’Emmanuel Macron, aux commandes depuis cinq ans, a démontré ses forces et ses faiblesses. En principe, quelques poignées d’électeurs suffiraient pour lui asseoir sa victoire face à un plateau de rêveurs qui assurent, sans s’en douter, sa réélection. Depuis l’avènement de la V° République, rappelons que cinq présidents sortants ont brigué un nouveau mandat. Seuls, le général de Gaulle, François Mitterand et Jacques Chirac y sont parvenus. Quant à Valéry Giscard d’Estaing et Nicolas Sarkozy les Français ont fait d’autres choix…

LIRE AUSSI : infopremiere.fr patricia-herszman-on-a-scandaleusement-sali-mme-claude

Annonces de candidatures

Le général De Gaulle avait attendu le 4 novembre, un mois avant le premier tour, pour se déclarer officiellement. François Mitterand, alors en pleine cohabitation, décida tardivement de se représenter. A l’instar de De Gaulle, il retarda l’échéance, jusqu’au 22 mars, un mois avant le premier tour. Jacques Chirac se décida, lui aussi, après une longue période de cohabitation. La date du premier tour fixée au 21 avril, il annonça sa candidature au début du mois de février.

Quant à Nicolas Sarkozy, comme ses prédécesseurs, il voulut paraître le plus longtemps possible dans son rôle de chef d’État plutôt que d’un candidat. En fin de compte, il se décida à la mi-février, deux mois avant le premier tour du 22 avril. Enfin, François Hollande choisit de ne pas se représenter. Le 1er décembre 2016, il annonça, dans une allocution télévisée sa renonciation à briguer un second mandat.

LIRE : marseilleopinion.fr suicides-a-marseille-il-tue-sa-femme-en-fin-de-vie