Affaire Techer : notre directeur écrit au juge Andorran !

1

De jour en jour, l’affaire Techer/To the Top prend de la consistance. Mais la justice est longue dans ses investigations. Les jours passent, et, malheureusement, les accusations farfelues s’accélèrent rendant ce dossier injustement obscur. C’est pourquoi, Justice Angels a décidé de frapper un grand coup et m’a délégué pour écrire au juge chargé de son administration. Nous espérons que ce message, respectueux, mais ferme, portera ses fruits car l’injustice à aussi ses limites !

voici le texte adressé à monsieur le Juge :

Justice Angels
[email protected]

09 72 10 50 72

Affaire : Cathy Techer
To The Top

A  St Denis de la Réunion 17 novembre 2021

Monsieur le juge,

Permettez-moi, très respectueusement, de vous interpeller en faveur du dossier placé sous votre haute autorité : Cathy Techer/To The Top, référencé en marge.

J’intercède, auprès de vous, à double titre :

  • en ma qualité de directeur d’une publication internationale ( infoprremiere.fr )

 – de Chargé des relations publiques de l’association Justice Angels créée récemment pour défendre et apporter un droit élémentaire de révision sur de nombreux dossiers judiciaires dont celui référencé ci-dessus.

Il n’est pas dans mes habitudes de solliciter directement un haut magistrat, dans le cadre de ses enquêtes.

Cependant, aujourd’hui, je déroge à cette règle, mandaté par des milliers de personnes. D’une part, mes lecteurs et, d’autre part, les innombrables soutiens de madame Techer s’interrogeant sur le sens et les actions de la justice andorrane, qui, à leurs yeux, semble présenter de grossières irrégularités dans le dit dossier.

Or, choqués, ils me demandent de me rapprocher de votre autorité pour éclaircir pas moins de six points capitaux.

Savoir :

Pourquoi l’ensemble des demandes en nullité (cinq) formulées par la défense sont-elles systématiquement rejetées ?

– Pourquoi des conversations privées datant de 2017 avec l’avocat de madame Techer sont-elles insérées dans le dossier remis entre les mains de monsieur Xavier Rossey ?

– Face à votre silence, pourquoi les avocats de madame Techer ne peuvent-ils pas librement exercer leurs fonctions en accédant aux disques durs des ordinateurs saisis; les éléments prouvant son innocence y étant consignés ?

Plus funeste !

– Le dossier de l’instruction à directement été remis à l’accusateur, monsieur Rossey, le 21 septembre 2021, alors qu’il y avait… prescription !

– Pourquoi les auditions sont-elles réalisées par courriels seulement quelques jours avant l’audition laissant clairement entrevoir un irrespect de la procédure ?

– Pourquoi cet anonymat infernal autour des personnes interrogées ?

Dès aujourd’hui, nous prenons acte de la détermination de dizaines de contributeurs de la société To The Top Slu demandant de connaître la VRAIE vérité. Pas, essentiellement, la tenue du réquisitoire farfelu qui positionne la charge inhumaine retenue contre madame Techer.

Dans cette perspective, ces groupes s’apprêtent, prioritairement, à déposer une plainte contre le juge ayant permis la divulgation de leurs données personnelles en remettant le dossier à monsieur Rossey. Cet exploit constitue une faute capitale de la part d’une autorité judiciaire.

Mais, nous osons croire que ce cumul de paralogismes sont à inscrire au compte de la négligence ou de l’imprudence.

Car, dans le cas de l’expression d’une volonté délibérée de servir aveuglement les intrigues des accusateurs, nous ne saurions accepter un commandement à valeur de sanction à l’encontre de madame Cathy Techer.

En effet, à ce jour, trop d’irrégularités à l’apparence partiale, bordent ce dossier. Elles excèdent l’ensemble des avocats chargés de le recouvrir, les rédacteurs de la presse internationale et l’attitude justicière et largement fondée des Français.

Nous ne vous demandons pas d’accepter pleinement l’innocence de madame Techer.

Nous requérons, simplement, une conduite d’investigations impartiales dans le cadre d’une justice pleinement intègre. La morale judiciaire invite à respecter les droits d’autrui. C’est là son entité même.

Vous nous permettrez donc de vous rappeler que le Droit de dire ce qui est légalement juste ou injuste, condamnable ou non, droit s’appuyer sur la rigueur et le scrupuleux le plus fondamental.

Votre réponse à ce message reposera sur la mise en valeur de votre puissante partialité que nous apprécierons et que nous nous appliquerons à présenter aux yeux du monde par l’intermédiaire de nos média pour vous en féliciter.

Pour conclure, je vous offre l’une des pensées, mienne, depuis longtemps, dans le cadre de mes actions journalistiques, humanitaires, sociales et représentatives : « Les États qui flattent l’injustice soumettent leurs peuples aux lois des corrompus ! »

Dans l’attente d’une scrupuleuse et évidente reconsidération de ce dossier et en vous remerciant pour la bienveillante attention que vous porterez à cette supplique,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le juge, l’expression de mes très respectueuses et sincères salutations.

J’ai dit !

Joël-Pierre Chevreux
Directeur de publications
Chargé des relations publiques
Justice Angels

 

LIRE AUSSI : 

infopremiere.fr le-delire-sanitaire-qui-risque-de-nous-couter-cher

LA REDACTION VOUS CONSEILLE :

infopremiere.fr laffaire-cathy-techer-to-the-top-tourne-a-la-farce

infopremiere.frlettre-ouverte-insulte-et-incoherence-portees-envers-infopremiere

infopremiere.frjustice-andoranne-le-bal-des-escrocs-faux-architecte-et-complice

marseilleopinion.fr llimportante-penurie-de-soignants-a-marseille