UNE FRANCE ENCORE COUPEE PAR SES CLIVAGES

change-4039486_1920

Une France coupée en deux. Trop de Français considèrent encore les clivages  dépassés :  » droite   » ou  » gauche « . Pourquoi ces anciennes sensibilités reviennent t-elles toujours dans le discours politique ?

Clivages dépassés

La France, se divise toujours par les vieux clivages politiques, ceux, qui, précisément, ont caractérisé le XX° siècle. Entendons-nous bien : « gauche », « droite », ne sont plus que des mots sans retentissement. Simples reflets d’une sensibilité anachronique, pendant que les nostalgiques de la gauche combattent les spleenétiques de la droite, les extrêmes s’affriandent. En cause : les discours politiques qui continuent de refléter ces différences et suscitent cette réfection.

L’ascension populiste

Cette recomposition politique met en relief des électeurs au comportement fragile ou éphémère plus particulièrement chez les jeunes et les catégories populaires. Ainsi, elle entraîne des alternances plus fréquentes dans le pouvoir politique. Mais, toutes ces catégories confondues votent de plus en plus à l’extrême droite. Terrées sous des appellations artificieuses, dites : « populistes » pour ne plus dire nationalistes, elle touche, bientôt, le sommet de sa menaçante ascension.

Lire aussi :https://www.topexclusif.fr/de-la-dynamite-les-revelations-bruyantes-de-montagnier/

Frontières floues

Le modèle de bipartisme, tenace, constitue une précieuse grille de lecture pour un certain électorat. L’électeur médian, adopte des positions  centristes, résultante des louanges de l’ancienne gauche délaissant son discours sur le plan de la sécurité ou de l’immigration. Mais, au sein des partis, les frontières sont tout aussi floues. Le Rassemblement National emprunte, en matière économique. Avec des arguments d’extrême gauche, le parti appuie sur l’augmentation des salaires et au protectionnisme économique.

Européistes réformateurs

Les cendres d’une gauche moribonde ralliée au capitalisme financier, n’incarne plus les luttes sociales, oubliant la problématique économique. Dans un même temps, le moteur de la droite traditionnelle adopte un discours plus offensif sur l’immigration déplaisant à une partie de l’électorat modéré. D’aucuns oublient, tout simplement, que nous sommes, aujourd’hui, européistes, certes, réformateurs, pour beaucoup, de ce modèle, mais européens avant d’être de gauche ou de droite… C’est ainsi qu’il analyser l’échiquier politique, en 2020 !

Découvrez :https://www.infopremiere.fr/il-faudra-rembourser-une-dette-importante/

vidéo avec Jean Arthuis : https://www.youtube.com/watch?v=MQxGPCDrsIA